Bannière Andriveau
LPO

Tribune ouverte au…
CCFD-Terre Solidaire

Terre Solidaire

Comment défaire le cercle vicieux de la faim ?

Dans la région de Kayes, dans le sud-ouest du Mali, le Réseau des Horticulteurs de Kayes (RHK), soutenu par le CCFD-Terre Solidaire grâce à ses donateurs et testateurs, fait la preuve qu’une action innovante, énergique, menée par les populations locales, peut défaire le cercle vicieux de la faim.

Manque d’eau chronique, problèmes d’alimentation et de santé, pas de train… Dans la région de Kayes, les difficultés sont nombreuses et l’accompagnement de l’État insuffisant. L’exode rural, déjà à l’œuvre depuis de nombreuses années, s’est accru suite à la grande sécheresse de 1973 et les bras valides ont fui la région. La, pauvreté a gagné, la faim est apparue.

Mariam Sissoko, elle, est restée au village. Engagée depuis l’adolescence auprès des femmes, elle a suivi le conseil de son père : « nous avons deux fortunes à protéger, me répétait-il : l’école et le champ. » Aujourd’hui, Mariam est à la tête d’une organisation de 4 000 femmes et membre du Réseau des Horticulteurs de Kayes (RHK), soutenu par le CCFD-Terre Solidaire, qui appuie 180 associations de paysans et 23 000 maraîchers ! Au sein du RHK, les petits paysans retrouvent des savoir-faire traditionnels pour développer une agriculture diversifiée, de qualité, résistante aux changements climatiques. L’une des formations les plus importantes, financée en 2015 par le CCFD-Terre Solidaire, consiste à associer l’élevage de petits ruminants et de volailles au système de production agricole pour produire des engrais naturels de qualité et en quantité.

Terre SolidaireAvec les engrais naturels, c’est l’amélioration de la production horticole qui est en jeu. Donc de l’approvisionnement des villes… et de la sécurité alimentaire des populations ! Pour Mariam, « ce que l’on a engagé, avec tout ça, c’est l’avènement d’une agroécologie paysanne qui accroît le pouvoir économique et l’autonomie des familles. »

L’activité incroyable du RHK n’est qu’un exemple, parmi les plus de 650 projets que le CCFD-Terre Solidaire finance, qui montre qu’en l’espace de quelques années, une action énergique, menée par les populations locales, peut briser le cercle vicieux de la faim.

Terre SolidaireLes libéralités, une ressource pour lutter contre la faim

Portés par leurs convictions et leur foi en l’avenir, les testateurs du CCFD-Terre Solidaire ont en commun de vouloir transmettre et participer à la construction d’un monde meilleur. Ainsi témoigne Jeanne : « Je n’ai pas d’autre famille que mon filleul et une bonne partie de mon patrimoine lui est consacré. Mais je tenais également à faire un geste pour celles et ceux qui en ont besoin sur cette Terre. J’ai donc choisi de léguer au CCFD-Terre Solidaire mon appartement. Je sais que mon legs sera utile : éduquer des enfants, les nourrir, les soigner, leur apprendre à cultiver… Je ne verrai pas l’avenir, mais mon patrimoine, si ! ». En 2015, les libéralités ont représenté 13 % des ressources du CCFD-Terre Solidaire, grâce à 96 bienfaiteurs (legs, donations et assurances-vie)*. Elles permettent à l’association d’envisager son action dans le temps et de pérenniser ses projets pour lutter contre la faim dans 60 pays du Sud et de l’Est.

* Stéphanie Drouhin, Responsable des libéralités au CCFD-Terre Solidaire est à disposition des notaires pour toute demande d’informations relatives aux successions et aux donations au profit du CCFD-Terre Solidaireau 01 44 82 81 08, sur s.drouhin@ccfd-terresolidaire.org.

Un espace est également dédié au legs sur le site de l’association :
http://ccfd-terresolidaire.org/mob/nous-soutenir/legs/

Photos : William DUPUY/CCFD-Terre Solidaire/picturetank

Module iPhone

Recevez notre Newsletter

ARTICLES
Actualités
Portraits
Tribune Libre
Événements sportifs
Classique Notaires
JurisCup
Mouvements
Mouvements de notaires
LIENS